Les approches théoriques

Les approches théoriques

Le comportementalisme

On doit cette approche, aussi appelée behaviorisme en référence au terme anglais behaviour, à John B. Watson qui la crée en 1912 en se basant sur les travaux du physiologiste Pavlov qui a conduit des recherches animales. Elle étudie l’apprentissage dans des conditions contrôlées, les méthodes se basant sur des expériences effectuées en laboratoire. Vingt ans plus tard, le théorie du conditionnement instrumental est développée par Burrhus F. Skinner. Albert Bandura élargit le concept en intégrant la liberté du sujet et la dimension sociale de l’apprentissage. En 1989, elle devient la théorie sociale cognitive.

La psychologie humaniste

Découlant de la philosophie, c’est dans les années 1950 que commence à émerger ce courant aux États-Unis. Il est officiellement créé par Carl Rogers dans la décennie qui suit. Contrairement aux courants psychanalytiques et béhavioristes, ce courant part du principe que l’humain est libre, bon, et apte à faire ses propres choix afin de se réaliser pleinement. Dans les années 70, le courant est repris par Maslow , célèbre pour sa théorie de la hiérarchie des besoins.

Le courant cognitiviste

C’est à la même époque, autrement dit dans les années 50, que se développe aux États-Unis et au Royaume-Uni le courant cognitiviste, sous l’influence des travaux de Herbert Simon, Marvin Minsky, Noam Chomsky ou encore John McCarthy. Celui-ci fait la part belle à l’observation scientifique des comportements et essaie de modéliser différents processus mentaux tels que la perception, l’attention, la mémoire, le raisonnement ou encore la résolution de problèmes.

La psychanalyse

Fondée par Sigmund Freud au début du vingtième siècle, la psychanalyse est définie par son inventeur à la fois comme un procédé visant à investiguer des processus mentaux qui ne sont pas accessibles d’une autre manière, une méthode pour traiter les désordres névrotiques, mais également une gamme de conceptions psychologiques établies en appliquant cette méthode. Après la mort de Freud, c’est le psychiatre et psychanalyste Jacques Lacan qui reprend les concepts freudiens en France. Il les réinterprète en intégrant sa conceptualisation inspirée des travaux conduits à son époque et donne naissance au lacanisme, un courant psychanalytique.

Au Royaume-Uni, les psychanalystes sont divisés en deux camps : ceux réunis autour de la fille de Sigmund Freud, Anna Freud, et les opposants partisans d’un renouveau qui se regroupent autour de Melanie Klein.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *